Conférence 17 juin 2021

Conférence 17 juin 2021

De Belfort

aux Forges d’Undervelier (JU):

Le destin d’une famille d’industriels sous la Révolution française

le 17 juin 2021 19h30 au local du Lyceum ou en ligne

par Nathalie Duplain Michel


Nathalie Duplain Michel est titulaire d’une licence en lettres de l’Université de Neuchâtel. Parallèlement à ses activités professionnelles en tant que responsable Web dans la fonction publique, elle est conteuse. Depuis quelques années, elle mène des recherches historiques sur le village d’Undervelier (JU), où elle a grandi. Elle est responsable de la section Lettres et Sciences humaines au Lyceum club de Neuchâtel.

Le canton du Jura actuel correspond grosso modo aux terres sur lesquelles le Prince-Évêque de Bâle exerçait son pouvoir temporel. Ce dernier résidait à Porrentruy. Pour s’assurer des revenus, le Prince-Évêque Jacques Christophe Blarer de Wartensee (1542 – 1608) a développé l’industrie du fer, notamment en construisant des forges près du village d’Undervelier. En effet, la région recélait plusieurs mines de fer et le bois y poussait en abondance.

À la veille de la Révolution française, les Forges d’Undervelier rapportaient « un louis d’or neuf par heure au Prince ». Mais les troubles en France vont profondément bouleverser la région. Les habitants de la région se révoltent à leur tour, chassent le Prince-Évêque et fondent l’éphémère République rauracienne. En 1793, la partie nord des terres de l’Évêché de Bâle est annexée par la France et devient le département du Mont-Terrible. Les possessions du Prince-Évêque sont mises en vente comme bien nationaux. Cette situation crée une opportunité pour deux familles françaises : les George et les Cugnotet de Belfort. Elles s’allient pour acquérir les Forges d’Undervelier. Elles s’y installent afin de maintenir et développer la production de fer.

C’est le début d’une véritable saga. Ces familles devront composer avec les différents régimes qui vont se succéder : la Convention, le Directoire, l’Empire et, après la chute de Napoléon, le canton de Berne auquel sera finalement rattaché l’ancien Évêché de Bâle. Elles devront faire face à divers aléas : guerres révolutionnaires, difficultés financières, décès prématurés, intrigues et mésententes. Grâce à l’arrivée d’un gendre providentiel, particulièrement compétent, François Finot, les affaires seront si florissantes qu’à son décès, en 1840, il était considéré comme le plus riche propriétaire du canton de Berne. Quant à sa belle-mère et sa veuve, établies à Delémont après son décès, elles se sont illustrées comme des bienfaitrices pour les plus pauvres et l’Église. Leur générosité est restée dans les mémoires pendant longtemps. Dans la région, on les appelait les Dames des Forges.

Que vous suiviez la conférence au local ou sur Zoom, nous vous remercions d’avance de répondre à cette invitation en remplissant le formulaire

formulaire d’inscription en ligne.

d’ici le 11 juin 2021 23:59

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code