Partage 8

Partage 8

La vieille commode

Isabelle G

Depuis 20 ans qu’elle était là, sans avoir bougé d’un millimètre de l’endroit où elle avait été posée. 20 ans de séquestration dans un galetas, rendue inutile, sans que personne ne lui prête dorénavant plus aucune attention. Elle était devenue bancale. Ses pieds ne portaient plus son poids et son bois, couleur acajou à l’origine, avaient terni et perdu toute brillance sous les effets des rayons du soleil filtrant par la lucarne. Et pourtant, elle avait aussi eu ses heures de gloire, cette chère bonne vieille commode ! Je l’ai toujours connue cette fidèle amie ! Tout d’abord dans la chambre à coucher de ma grand-mère paternelle, alors qu’elle remplissait le rôle, avec ses trois tiroirs, de protectrice du linge propre, tout frais repassé, tels que draps et enfourages, essuie-vaisselle, essuie-mains, etc. Lorsque ma grand-mère est partie vivre au Brésil, la commode est revenue à mon père qui l’a installée dans notre chambre d’enfants que je partageais à ce moment-là avec ma sœur aînée. Les deux tiroirs du bas servaient à ranger nos pulls et sous-vêtements et celui du haut, que nous avions de la peine à atteindre à l’époque, abritait nos petits trésors : breloques, petits cailloux, bijoux de pacotille, petits bouts de papier, dessins précieux et surtout… notre tirelire ! Par la suite elle est restée pendant de nombreuses années dans le galetas de mes parents. Mon père y conservait précieusement, enrobés de boules blanches de naphtaline, ses anciens habits militaires et de gendarme dont il était si fier. Bien des années plus tard, après avoir été lustrée au poli-meuble pour lui redonner un nouveau regain de jeunesse, elle vint rejoindre la chambre de bébé de mon fils. Les trois tiroirs suffisaient à peine pour contenir toute la layette reçue à sa naissance ! Au fil du temps, la commode a connu l’enfermement dans les caves de nos différents domiciles et depuis 20 ans elle s’étiole dans notre galetas actuel. Elle a hébergé durant de nombreuses années des effets ayant appartenu à mes parents et dont on ne voulait pas se séparer. Mais depuis plusieurs années maintenant, elle est complètement vide et n’intéresse plus aucun membre de notre famille. Les services rendus ne comptent plus ! Bien qu’il soit cynique de dire les choses ainsi, son grand âge est devenu encombrant, et on ne songe donc qu’à s’en débarrasser… Proposée sous la rubrique « rencontre » du site de Ricardo, la commode a trouvé en ce matin du 10 août 2020 une amie qui lui veut du bien. Dès le premier regard, ce fut le coup de foudre et notre chère vieille commode s’en est allée sans se retourner, emportée à bout de bras par sa nouvelle protectrice qui a fait la promesse de bien la retaper afin de lui donner une seconde vie. Son départ a suscité en moi une vive émotion, faisant ressurgir de doux souvenirs des différentes époques de ma vie.

Print Friendly, PDF & Email

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code