Histoire du Lyceum club de Neuchâtel

Histoire du Lyceum club de Neuchâtel

L’Association Internationale des Lyceum Clubs a été fondée à Londres en 1904 par Constance Smedley (1875 -1941) sous le nom International Lyceum Club for Women Artists and Writers.

Sa motivation est d’offrir aux écrivaines un lieu respectable pour rencontrer leurs éditeurs, car à l’époque elles n’étaient pas admises dans les sociétés d’écrivains. Il fallait permettre aux femmes d’atteindre le cœur de leur profession [1]. Une journaliste et écrivaine américaine, Jessie Trimble, proposa le nom Lyceum : « quelque-chose d’intellectuel, qui ne serait pas une société et pourrait inclure d’autres domaines que la littérature et les arts. » [2].

Etymologiquement, le Lyceum est un gymnase au Nord-Est d’Athènes où enseigna Aristote, ainsi nommé à cause du temple voisin dédié à Apollon « lycien », le lumineux, littéralement « le destructeur de loups » [3]. Dans le monde anglo-saxon, c’est un lieu où l’on donne des conférences publiques, des concerts ou des activités récréatives [2].

Constance Smedley pense tout de suite à fonder un club international et inscrit le club dans le « English Women’s Yearbook ». Elle devient ainsi la fondatrice de l’ Association Internationale des Lyceum Clubs [2]. Très vite, des clubs sont créés à Berlin (1905), Paris (1906) et Florence (1908).

Actuellement, la Fédération des Lyceum clubs est présente dans 14 pays européens dont la Suisse et la Russie, de même qu’au Maroc, en Australie, en Nouvelle-Zélande et en Géorgie [4].

A sa création en 1912, le Lyceum Club International de Suisse réunit déjà trois clubs régionaux : Genève, Lausanne et Berne. Bâle se joint en 1918 et Neuchâtel en 1920. Actuellement, le club est présent dans douze villes de Suisse [5], ce qui fait de la Suisse un des pays les mieux représentés.

Marie de Perregaux (1893-1973) est la première femme à obtenir une licence en droit et une licence en lettres de l’Université de Neuchâtel. Elle décroche à 27 ans son brevet d’avocate.

Marie de Perregaux fonde le Lyceum Club International de Neuchâtel le 4 juin 1920, en présence de la Présidente centrale Blanche Robert. Le lendemain, elle part pour Genève « maintenant que tout est emmanché. » [6, p. 462].

Le club de Neuchâtel a l’honneur d’avoir eu parmi ses membres la cantatrice Lucienne Dalman (nom d’artiste), Présidente internationale de 1995 à 2001.

De son nom civil Lucienne Allemand-Béguelin (28 avril 1928 – 3 mars 2021), Lucienne a été membre du Lyceum de 1955 jusqu’à son décès en 2021.

Pendant sa présidence du club de Neuchâtel, Madame Dalman a donné au concours de musique du Lyceum club de Suisse, existant depuis 1936, une dimension internationale. Elle a conclu en 1993 un jumelage avec le club de Bordeaux, représenté par Madame Jacqueline Tonnet-Imbert. Les deux clubs se rencontrent tous les deux ou trois ans, alternativement à Bordeaux et Neuchâtel.

Durant sa présidence internationale, elle a procédé à la création de plusieurs nouveaux clubs et rendu visite à tous les clubs du monde, son but étant de créer un lien entre les différents clubs.

Bibliographie

  1. Crusaders. The reminiscences of Constance Smedley (Mrs. Maxwell Armfield). Duckworth, London, 1929. Extraits en anglais et français sur initiative du Lyceum Club International de Paris, repris et complété en allemand et italien par le Lyceum Club International de Suisse. Moser Graphic, Boudry, Suisse, 2018.
  2. Association des Lyceum Clubs. https://en.wikipedia.org/wiki/International_Association_of_Lyceum_Clubs
  3. Dictionnaire Grec-français. A. Bailly. Hachette, Paris, 1950.
  4. Histoire du Lyceum Club International. https://www.lyceumclubs.org/history-of-lyceum/
  5. Femmes, culture et société. Frauen, Kultur und Gesellschaft. Donne, cultura e società. Cent ans d’histoire du Lyceum Club International de Suisse. Hundert Jahre Internationaler Lyceum Club der Schweiz. Cento anni di storia del Lyceum Club Internazionale della Svizzera (191-2012). Verdiana Grossi. ISCA, Genève, 2012
  6. « Devenir une femme à part entière… » La correspondance amoureuse de Marie de Perregaux, première avocate neuchâteloise. Nicolas Liénert. Éditions Alphil, Neuchâtel, 2020.

Print Friendly, PDF & Email